Travail d’aide aux cyber-victimes

Une aide spécifique aux « cyber-victimes »

L’intérêt des cybercriminels est de toucher un nombre important de victimes et de générer un très faible préjudice. Le préjudice moyen est de moins de 30 € par personne. Avec plus de 800 millions d’utilisateurs, Facebook est la plus grande communauté du Web. C’est une manne toute trouvée pour les cybercriminels ! 

En conséquence, les cyber-victimes se caractérisent par une réticence à déposer plainte du fait d’un sentiment de culpabilité et de la faiblesse du préjudice.


Le SIAVIC accompagne les victimes de cybercriminalité afin qu’elles fassent valoir leurs droits.

Nous disposons de liens étroits avec la Police Nationale afin de relancer et accompagner les « e-victimes ». Notre action consiste également en un travail de recherche juridique afin de participer au travail de qualification des faits et d’évolution de la jurisprudence, notamment du CIVI et du SARVI.