PARTENARIAT SIAVIC / CNRS-UNIVERSITE LILLE3 : RECHERCHE DE PARTICIPANTS POUR UNE ETUDE

Université de Lille 3Vous avez été victime ou témoin d’un événement traumatique et cela perturbe votre quotidien.

L’équipe dynamique émotionnelle et pathologies (DEEP) du Laboratoire de Sciences Cognitives et Affectives de l’Université Lille3 en collaboration avec le SIAVIC mène une recherche sur les changements émotionnels liés au traumatisme.

Pour participer ou avoir plus d’informations, merci de nous contacter via notre formulaire de contact ou d’en faire la demande auprès de : laurence.tahon@etu.univ-lille3.fr

Affiche recherche Laurence

Télécharger l’affiche au format pdf


 

EN SAVOIR PLUS SUR CETTE ETUDE …

Après avoir été exposé, en tant que victime ou témoin, à un événement traumatique, certaines personnes développeront un trouble de stress post-traumatique, le TSPT, impactant profondément leur vie quotidienne et ce, tant au niveau personnel que social, familial que professionnel. La prévalence des symptômes associés au TSPT avoisine 1% de la population générale, ce qui fait de cette pathologie un enjeu de santé publique majeur qui justifie les recherches à son sujet.

Les syndromes liés au trouble recouvrent les reviviscences, l’évitement et l’hyperactivité physiologique. Les reviviscences sont des souvenirs envahissants de l’événement traumatique (cauchemars et flash-back notamment) associés aux émotions ressenties lors de l’événement. L’évitement concerne une mise à distance des pensées et situations évoquant le traumatisme ainsi que la persistance d’une humeur négative. L’hyperactivité physiologique comprend les réactions de sursaut, les tremblements ou encore l’irritabilité marquée.  En raison de la grande variété individuelle dans l’expression de ces syndromes, de nombreuses formes distinctes de TSPT sont observées.

L’objectif de notre étude est d’étudier les perturbations émotionnelles associées au TSPT et plus précisément, les modifications subjectives et physiologiques. Notre protocole propose donc le couplage des mesures par questionnaires avec des mesures physiologiques, au moyen d’un électrocardiogramme notamment.

Un autre intérêt de notre recherche est d’inclure des participants qui présentent une forme complète ou partielle de TSPT, d’après les critères diagnostiques du DSM-IV-TR. A l’heure actuelle, les patients qui souffrent d’une forme partielle de TSPT sont rarement dépistés et, bien que rapportant une souffrance importante et une altération sévère de leur qualité de vie, leur fonctionnement émotionnel reste méconnu, tout comme les moyens de leur venir en aide.

Ainsi, au terme de notre recherche, nous projetons de développer des prises en charge centrées sur les perturbations émotionnelles, spécifiquement adaptées aux différents profils symptomatologiques exprimés par les patients qui ont rencontré un événement traumatique.

Publié dans Actualité, Actualités, Etude Tagués avec : , , , ,